- Félicien Emile BARBIER -

"La vie est belle !"

Brève biographie

(Briey.1888 / Grasse.1969)

Briey 1893, Félicien au centre avec ses parents a déjà fière allure

Briey 1893, Félicien au centre avec ses parents a déjà fière allure.

Félicien en 1907, sur son vélo devant ses nombreux trophés

Félicien en 1907, sur son vélo devant ses nombreux trophés.

 

Félicien Emile Barbier est né le 9 Juin 1888, à Briey (Meurthe & Moselle) . Sa mère Anne Joséphine GENY est sans profession. Son père, Dominique est employé des Douanes, en fonction au poste frontière de Géranaux, entre Auboué et Sainte-Marie-aux-Chênes. En 1898, la famille s'agrandit avec la naissance d'une petite soeur Marthe, avec qui Emile entretiendra toute sa vie, une très grande complicité. En 1900, le père de Félicien, décède d'une pneumonie à l'âge de 45 ans. La famille se trouve alors dépourvu, sans revenu. La famille DUPERRON, famille aisée, installée rue Carnot à Briey, prendra en protection les BARBIER et offrira à la mère de Félicien un emploi de lingère. Dés 1901, la famille déménage et s'installe rue de la Promenade (actuelle rue Foch), à Briey, dans la maison de la famille PILLOT.

Briey 1910 : Les familles PILLOT et BARBIER dans le jardin de la rue de la Promenade. Au premier plan, mme Barbier. A l'extrême gauche, la grand-mère d'Emile ; au centre, la famille PILLOT , la jeune fille à droite : Mathe Barbier, la soeur d'Emile.

Briey 1910 : Les familles PILLOT et BARBIER dans le jardin de la rue de la Promenade.

Emile se sent très tôt responsable et agit en soutien de famille. Afin de subvenir aux besoins de tout la famille, dès 14 ans, il réalise des petits travaux et affaires pour les commerces locaux. Il devient à 18 ans employé de banque. Très tôt, il porte un grand intérêt pour les sports et la pratique militaire. Il participe très activement à la société de gymnastique "La fraternelle" de Briey, fait du cyclisme et remporte de nombreux concours de tirs.

Briey 1907 : au centre, Emile BARBIER en tenue de gymnaste.

En 1908, il s'engage dans l'armée, incorporé au 5ème Régiment d'Artillerie à Verdun, il y suivra l'école de sous-officiers et sera nommé sous-lieutenant en 1911.

Peleton des élèves brigadiers. Emile Barbier se trouve au dernier rang en haut, le 4e en partant de la gauche.

1909 : Peleton des élèves brigadiers. Emile Barbier se trouve au dernier rang en haut, le 4e en partant de la gauche.

C'est à partir de 1907, qu'il découvre la pratique de la photographie et qu'à travers ses nombreux voyages et ses activités, il réalise de nombreux clichés stéréoscopes. Un peu plus tard, Il effectuera pour le compte Gérard BABILLON, - imprimeur et éditeur de cartes postales à Briey - de nombreux clichés sur la commune de Briey, et les communes aux alentours (Etain, Tucquenieux, Mancieulles, Anoux,...). Pratiquant régulièrement cet art, il réalise des photographies en professionnel et en avril 1913, il obtient sa patente de photographe professionnel. Ne possèdant pas de studio, tout ses travaux sont réalisés en extérieur. A la déclaration de la guerre, il confie un de ses appareils photographiques professionnels à son ami CALIMANI, Consul d'Italie en place à Briey. Le reste de son équipement photographique sera volé par les allemands, lors de l'occupation de la ville de Briey, dès septembre 1914.

Briey 1907 - Emile dans sa tenue de gymnaste, s'initie à la photographie

Briey 1907 - Emile s'initie à la photographie.

Durant toute la guerre de 1914/18, il réalisera plusieurs centaines de photographies (450 retrouvées à ce jour), essentiellement des stéréos développés sur plaques de verre au format (45X107). En avril 1919, séjournant dans la région de Menton, il expérimentera ses premiers clichés couleurs à l'aide de plaques autochromnes Lumière. En souvenir de sa démobilisation en avril 1919, il développera avec l'aide de son sous/lieutenant, à plus de 200 exemplaires, une photographie souvenir de sa batterie en format carte postale, qu'il offrira à chacun de ses hommes.

 

Tampon à sec apposé au verso de ses photographies.

Au cours de la période de l'occupation du Palatinat (Allemagne), parralèllement à ses activités militaires, Emile commence à prendre des contacts avec des bureaux d'affaires de Cologne et réalise avec ces personnes plusieurs affaires commerciales. En décembre 1918, il installera à Briey, avec sa soeur Marthe, un commerce de vente de journaux au 14 & 17 Grand'Rue. Ce commerce, connu sous le nom de Librairie Rueff-Barbier existera à Briey durant plus de 70 ans, jusqu'en 1992, époque ou la nièce d'Emile Barbier, Simone Rueff prendra sa retraite.

Au sortir de la guerre, il embrasse la vie d'homme d'affaires. Au cours de l'année 1919, Il crée la société "MILBAR" Compagnie, dont le siège social est à Paris, 16 rue LACLUE, il quitte définitivement Briey, laisse la librairie de la Grand'Rue à sa soeur. Pendant 10 ans, il ne fait quasiment plus de photographie, se consacrant pleinement à ses affaires, voyageant beaucoup, visitant ses clients en France, Angleterre, Belgique, Allemagne et Italie. Il va énormément travaillé, et gagné beaucoup d'argent en vendant des tringles à rideaux, lits en fer, fourneaux ... En grand épicurien, il profitera pleinement des plaisirs de la vie ; sa devise : "La vie est belle !", conclue la quasi totalité de ses courriers. Il se remettra à faire de la photographie pour son loisir, à partir de 1929. Mais vers 1935, il l'abandonnera à nouveau, pour s'adonner au plaisir du 7ème Art, le cinéma, qui deviendra sa nouvelle passion.

Le thermomètre MILBAR fabriqué par Emile Barbier.

Fin 1939, il achète à Grasse, 38 route Napoléon, un superbe mas provencal, il lui donne le nom de "Vieux Mas". Il s'y installe immédiatement avec sa femme Suzanne. Pendant quelques années, Emile conserve ses affaires à Paris et partage son temps entre Grasse et Paris. Après la Seconde Guerre, il transfére toutes ses activités, dans un atelier proche de son habitation à Grasse. Il y fabriquera, un thermomètre de son invention, le "MILBAR". Jusqu'à sa retraite, il ne vendra plus que cet article, en alliant travail et plaisir, dans un environnement superbe. Après une retraite tranquille passée à s'occuper des fleurs de sa maison et de cultiver son potager, il décède à Grasse, en 1969, à l'âge de 81 ans.

Tableau réalisé par Suzanne Barbier représentant le "Vieux Mas" à Grasse.

 

1911 : Emile Barbier : élève officier

1911 : Emile Barbier : élève officier

1919 : Emile Barbier à sa démobilisation

1919 : Emile Barbier à sa démobilisation

1921 : Emile Barbier : homme d'affaire

1921 : Emile Barbier : homme d'affaire

Retour